-->

jeudi 30 juillet 2015

jeudi 16 juillet 2015

27 septembre 2015 : centenaire de la disparition de Remy de Gourmont

Savez-vous que le 27 septembre 2015 nous fêterons le centenaire de la disparition de
Remy de Gourmont, "épicurien tranquille, philosophe dansant, prince des sceptiques,
conscience critique d'une génération, poète subtil et sensible, dissociateur d'idées,
Saint-Beuve du Symbolisme, sensuel cérébral, pilier du Mercure de France,
célèbre reclus curieux de tout" ?

Les éditions de L'Herne lui rendent hommage avec trois parutions,
un Cahier, un Carnet et une Confidence.
Belle lecture à tous !

CAHIER 78 - REMY DE GOURMONT
Coll. Cahiers de L'Herne
Dirigé par Thierry Gillybœuf et Bernard Bois - dédié à Olivier Michel
978 285 197 092 3
384 pages - 8 pages de cahier iconographique
49 €

Extrait : Lettres inédites, à Ezra Pound
"Conquérir l'Américain n'est pas sans doute votre seul but. Le but du Mercure a été de permettre à ceux qui en valent la peine d'écrire franchement ce qu'ils pensent - seul plaisir d'un écrivain. Cela doit aussi être le vôtre."


*****

PHYSIQUE DE L'AMOUR
Remy de Gourmont
Coll. Carnet de L'Herne
978 285 197 306 1
160 pages
7,50 €

Extrait : L'instinct
"Le chant, la danse, la lutte, et, pour les groupes, la guerre, instincts humains, ne sont pas inconnus à tous les animaux. Le goût des choses brillantes, autre instinct humain, est assez fréquent chez les oiseaux ; il est vrai que les oiseaux n'en ont encore rien fait et que l'homme en a tiré tous les arts somptuaires. Reste l'amour : mais je pense que cet instinct suprême est la limite sacrée des objections."

*****

DANTE, BÉATRICE ET LA POÉSIE AMOUREUSE
Remy de Gourmont
Coll. Confidences
978 285 197 349 8
96 pages
9,50 €

Extrait : La Vita nuova
"Mais voici ce qui s'est passé : lorsque Dante fit paraître sa Vita nuova, il était peu connu comme écrivain ; le public, de tendance crédule, distinguait mal la vérité de l'allégorie ; on lut le livre : il parlait d'amour, les femmes le vantèrent, s'y plurent, s'intéressent à cette Béatrice. Jamais les maîtresses chantées par les poètes n'étaient plus clairement désignées ; on aimait encore à deviner, et le secret de tout dire n'était point connu."

*****