-->

lundi 28 mai 2012

A-lire.info recense "Le jour des morts", de F.G. Haghenbeck

Le jour des morts  du mexicain Francisco G. Haghenbeck, publié aux éditions de l’Herne, oscille en permanence entre vérité historique et invention littéraire.

Avec Frida Kahlo Léon Trotski joue les amoureux transis. Amusée, Frida l’appelle Piochitas (La Barbiche). Trotski descend la téquila cul sec, comme de la vodka et s’enhardit à lui caresser la cuisse sous la table. Les plats mexicains lui font l’effet d’un aphrodisiaque. Le molé (sauce épicée au cacao) lui fait penser à la révolte. Le pulque (jus d’agave fermenté) le fait rajeunir.

jeudi 24 mai 2012

Le Figaro Madame recense "Le jour des morts", de F.G. Haghenbeck

Aujourd'hui, dans le Figaro Madame, un petit billet sur le nouveau roman de F. G. Haghenbeck, Le jour des morts, paru hier !


mercredi 23 mai 2012

Aujourd'hui en librairie : "Le jour des morts", de F. G. Haghenbeck


Une biographie romancée de l’artiste mexicaine Frida Kahlo, qui prend comme fil d’Ariane un cahier de recettes culinaires que la peintre gardait toujours par devers elle, et qui disparut mystérieusement à l’heure de sa mort.

Chacun des 24 chapitres s’achève sur une ou plusieurs recettes. Quant à la vie de Frida, elle suit dans ses péripéties la célèbre biographie de H. Herrera, à l’origine du film "Frida".
Sans la fantasmagorie, et un style qui se prête volontiers aux incursions dans la pensée magique et la mythologie mexicaine, sans les multiples recettes de cuisine, ce titre pourrait être sans surprise, car nous savons déjà tout de la vie de Frida Kahlo.
Mais voilà, on lit ce livre avec intérêt, avec plaisir, et même jubilation. Et pour les plus mordus, on court à sa cuisine, à ses casseroles et on se lance dans la savante et savoureuse alchimie de la hierba santa et de ses sortilèges !

Le jour des morts, F. G. Haghenbeck
traduit de l'espagnol (mexicain) par Albert Bensoussan

Coll. Roman
198 pages - 15 €

vendredi 18 mai 2012

Euromedia et le Nouvel Obs commentent "Du suicide" de Léon Tolstoï

L'un des derniers textes de Léon Tolstoï,  Du suicide, publié en janvier dernier par L'Herne, et traduit et annoté par Bernard Kreise, fait parler de lui cette semaine.
À lire, un article du Nouvel Observateur et un papier sur le site de Euromedia :




mercredi 16 mai 2012

Hommage à Carlos Fuentes

L'écrivain mexicain Carlos Fuentes est décédé hier, mardi 15 mai, à l'âge de 83 ans. Nous vous proposons de (re)découvrir la richesse de son œuvre à travers ces deux ouvrages.

Cahier Fuentes, dirigé par Claude Fell et Jorge Volpi
Paru en 2009
36,50 €

Paru en 2008
9,60 €

En librairie aujourd'hui : "Les Cocus" de Charles Fourier

Les vices qui affectent la société civilisée, en par ticulier concernant la sexualité, sont la
conséquence d’une ignorance de l’attraction naturelle des passions. à la lumière de cette théorie
originale de nos inclinations naturelles, Fourier dresse un tableau « analytique » du « cocuage ». Un
morceau d’anthologie. Sont examinés, avec une précision « désopilante » et subversive, tous les cas
de cocuage, classé selon le genre et l’espèce. Du cocu « en herbe » au cocu « quiétiste » en passant
par le cocu « goguenard » ou le cocu « mystique », etc.


Les cocus, Charles Fourier
Avant-propos de François L'Yvonnet
Coll. Carnets
Pages : 88  - 9,50 €

En librairie aujourd'hui : "Les Cenci" de Stendhal

« La vie exécrable qu’a toujours menée François Cenci, né à Rome et l’un de nos concitoyens les
plus opulents, a fini par le conduire à sa per te. Il a entraîné à une mort prématurée ses fils, jeunes
gens forts et courageux, et sa fille Béatrix qui, quoiqu’elle ait été conduite au supplice à peine âgée de
seize ans (il y a aujourd’hui quatre jours), n’en passait pas moins pour une des plus belles personnes
des États du pape et de l’Italie tout entière. »

Stendhal a tiré une nouvelle remarquable de cet épisode tragique.

 Les Cenci, Stendhal
Avant-propos de François L'Yvonnet
Coll. Carnets
76 pages - 9,50 €

Disponible également en e-book :
Smashwords

Formats : PDF, ePub, Kindle, etc.

lundi 14 mai 2012

Le blog "Les lectures de Folfaerie" recense "Ma cousine Phillis" de Gaskell

Un nouveau livre (enfin nouveau, façon de parler...) d'Elizabeth Gaskell est toujours un événement dans ma vie de lectrice. Les éditions de L'Herne ont eu la bonne idée de publier ce court roman ou cette longue nouvelle, au choix, qui pourra peut-être surprendre, de prime abord...


Ma cousine Phillis 
Elizabeth Gaskell
Traduit de l'anglais par Béatrice Vierne

Coll. Romans
144 pages - 15 €

vendredi 11 mai 2012

Livres Hebdo recense "Le jour des morts" de F.G. Haghenbeck, à paraître le 23 mai


Le jour des morts
Francisco Gerardo Haghenbeck

Roman
Traduit de l'espagnol (Mexique) par Albert Bensoussan
15 €

A paraître le 23 mai

jeudi 10 mai 2012

In vino veritas, de Kierkegaard en e-book

In vino veritas fut écrit en 1844. Il s’agit d’un récit qui rapporte dans la tradition du banquet platonicien les discours de cinq convives sur l’amour, exprimant les obsessions de Kierkegaard lui-même. Dans une langue animée d’un souffle poétique profond, In vino veritas symbolise la première étape que l’homme parcourt sur le chemin de la vie intérieure. Chaque partie de l’œuvre dépeint l’attitude singulière de l’homme en face de la vie et des ses problèmes, le degré d’intériorité et de sérieux. Si le texte est présenté comme étant écrit par plusieurs, c’est pour insister sur la complexité de la vie, son infinie richesse et la variété des réponses humaines aux questions qu’elle suscite.

In vino veritas
Søren Kierkegaard

Formats : PDF, eBook, Kindle, LRF, PDB

"Tauroética" et "Des hommes malades des animaux" commentés par Jacques Meunier à France Culture





Jacques Meunier revient sur l'essai de Fernando Savater et sur le dernier Cahier d'anthropologie sociale, où il est question des rapports entre l'homme et l'animal.

Tauroética
Fernando Savater
Essais
Traduit de l'espagnol par Albert Bensoussan
15 €



Des hommes malades des animaux
Dirigé par Frédérick Keck et Noëlie Vialles

Cahier d'anthropologie sociale N°8
15 €


mercredi 9 mai 2012

Ma cousine Phillis, de Elizabeth Gaskell, en librairies

Ma cousine Phillis
Elizabeth Gaskell

Traduit de l'anglais par Béatrice Vierne.


Ma cousine Phillis est peut-être le plus beau témoignage laissé par Mrs Gaskell sur le mode de vie rural de l’Angleterre profonde, bientôt voué à disparaître sous les assauts de l’industrialisation.

C’est aussi une touchante et mélancolique histoire d’amour, ou peut-être faudrait-il dire histoire d’amours, car l’auteur nous y peint avec sa finesse coutumière non seulement une romance entre deux jeunes gens, mais aussi l’amour unissant Phillis et ses parents et celui, tout fraternel, qu’éprouve envers elle son cousin Paul, le narrateur de l’histoire, et qu’elle lui rend bien.
Il règne dans ces pages une atmosphère faussement paisible qui n’exclut nullement la profondeur des sentiments et l’univers créé par Mrs Gaskell laissera à ses lecteurs un souvenir indélébile.

Publiée en feuilleton dans The Cornhill Magazine, de novembre 1863 à février 1864, cette longue nouvelle permit sans doute à Elizabeth Gaskell de reprendre un peu son souffle littéraire entre les deux très longs romans que sont Sylvia’s Lovers (1863), une tragique histoire d’amour et de guerre et le magistral Femmes et filles,(1865), dont l’auteur, fauchée en pleine gloire, n’eut pas le temps d’écrire le dernier chapitre.
144 p.
15 €
Ma cousine Phillis, de Elizabeth Gaskell

Enfance berlinoise, de Walter Benjamin, en librairies

Enfance berlinoise
Walter Benjamin


Enfance berlinoise est le récit des souvenirs d'enfance de l'auteur, un livre qui ouvre des perspectives nouvelles non seulement sur les mémoires d’enfance, mais également sur la compréhension de l’apport théorique de la pensée de Benjamin.
Qu’est-ce que Enfance berlinoise vers 1900 ? Ce titre, sous lequel Benjamin prévoyait de réunir un ensemble des proses courtes rédigées à partir de ses souvenirs d’enfance, ne correspond pas à une œuvre ayant connu une édition définitive, mais plutôt à un projet de recueil que l’auteur n’a pas réussi à voir édité.
C’est la première de ces deux versions, publiée en Allemagne seulement en 2000 en dehors des écrits réunis et jusqu’à présent inédite en français, que l’excellente traduction de Pierre Rusch donne maintenant à lire au public francophone.


Préface de Patricia Lavelle.

Traduit de l'allemand par Pierre Rusch


144 p.  Illustrations.
15 €


Enfance Berlinoise, de Walter Benjamin

vendredi 4 mai 2012

mercredi 2 mai 2012

En librairie aujourd'hui : "Tauroética" de Fernando Savater

Cet essai sur les courses de taureaux entend “penser” tout à la fois la corrida et notre comportement vis-à-vis du monde animal à la lumière de la pensée philosophique et de l’éthique. Démontant les arguments des écologistes et des animalistes, il démontre qu’on ne saurait, sans tomber dans un anthropomorphisme dépassé, mettre sur le même plan la conscience humaine et la condition animale. Le prétexte à cette réflexion est le débat parlementaire au sein du gouvernement autonome de Catalogne sur les corridas, qui a abouti à leur interdiction sur tout le territoire catalan. Il dénonce, à ce sujet, la collusion entre le politique et l’animalisme, et pose, en philosophe, le problème de notre attitude morale envers les animaux.
Avec science et aussi beaucoup de verve et d’humour, Fernando Savater nous livre ici un essai à la fois savant et savoureux qui, dans une époque de fluctuation, voire de confusion des valeurs, ne manquera pas d’avoir un sérieux impact, sans nuire à notre plaisir de lire.



Tauroética, Fernando Savater
Traduit de l’espagnol par Albert Bensoussan
Coll. Essais
170 p. - 12 €